L’hypnose et moi…

Publié par SEO440069 le

-“Il parait qu’il y a un nouveau shériff, en ville ?                                                                                                                        -“Ouais, il parait qu’il y a un nouvel “hypno”, aussi…”                                                                                                             –“Encore un ?”                                                                                                                                                                -“Pourquoi, encore un ? Au contraire, en tant que client potentiel, nous devrions être heureux d’avoir le choix…”

L’hypnose et moi, c’est l’histoire d’une rencontre… J’ai toujours été curieux, vis-à-vis de l’hypnose, mais pas au point de passer le pas, jusqu’au jour où, mes capacités respiratoires déclinant dangereusement, l’hypnose en était arrivé à faire partie des trois ou quatre méthodes que je n’avais pas encore essayé pour réussir à arrêter de fumer. Ça faisait 35 ans que je fumais, entre 1 paquet et 1 paquet et demi par jour… J’avais bien réussi qualques fois à stopper net, mais je tenais 2 mois, 3 mois, et, à chaque fois, c’est au moment où je commençais à penser que c’était gagné que les circonstances de la vie me fournissaient le prétexte qui me faisait remettre le nez dedans. C’est peu dire que j’avais perdu la foi, et pourtant, j’étais bien conscient que la qualité, et la longueur de ma vie à venir, dépendaient du fait que j’arrive à arrêter… ou non.

Hasard ou pas, à l’époque le local infirmier que nous occupions faisait partie d’un groupement de professionnels de santé qui abritait entre autre le cabinet de mon ami Eric W. Monge, qui exerçait la profession d’hypnothérapeute (qui était la dénomination que l’on donnait à l’époque à ceux qui pratiquait l’hypnose dans un but thérapeutique, avant que le corps médical ne tente une OPA sur la profession sous le prétexte fallacieux de faire la chasse aux charlatans). Tout simplement, alors que je lui exposais la nature de mes difficultés avec le tabac, Eric m’a proposé de tenter de régler le problème par le biais de l’hypnose. J’en avais entendu parler, j’avais même eu vent de personnes ayant réussi à arrêter totalement au bout d’une séance, d’une simple séance. Alors, même si je n’étais ni véritablement emballé, ni véritablement convaincu, je n’avais rien à perdre à y aller…

Puis vint le jour de la séance. Je me rapelle très bien ce matin-là… J’y suis arrivé sans stress, sans a priori. Je n’ai pris la mesure du sérieux de ma démarche que lorsqu’Eric m’a demandé : “Alors, tu as fumé ta dernière cigarette ?”… Et par ces quelques mots, j’ai brutalement pris conscience que je venais d’entrer dans quelque chose d’irréversible, que je ne pouvais plus faire marche arrière. Je venais de dire adieu, d’un coup d’un seul, à mon ancienne vie de dépendant tabagique. La séance d’hypnose , même si je n’étais pas encore en transe, avait déjà commencé…

Et, franchement, je ne me rappelle pas un traitre mot du déroulé de cette séance. Le seul souvenir qui me reste est la sensation de bien-être qui a suivi, mais les mots, ce qui a été dit, je n’en ai aucun souvenir. A la fin de la séance, j’ai écrasé mon paquet de cigarettes, surpris de n’avoir aucun regret à le faire. Je suis monté dans ma voiture sans allumer de cigarette, alors que fumer en conduisant était mon rituel majeur. Le reste de la journée s’est déroulé sereinement; à peine étais-je un peu plus colérique que d’habitude. Non seulement je ne ressentais pas de manque, mais en plus mes pensées ne tournaient pas en boucle autour du fait de fumer ou pas, comme ça avait été le cas lors de tentatives d’arrêt précedentes. Les jours qui ont suivi, je me fixais un objectif tous les matins au réveil : finir la journée sans avoir fumé de tabac. Et puis, au-delà du fait d’avoir réussi cela, très vite, j’ai redécouvert le plaisir d’une vie sans tabac. Les distances parcourues à pied ne me paraissaient plus aussi longues, emprunter les escaliers n’était plus une punition, et puis j’ai redécouvert les goûts, les parfums et l’étendue de leur palette, tous ces plaisirs dont je m’étais privé pendant toutes ces années sans même m’en rendre compte… Ça fait quatre ans, maintenant, et depuis ce moment, ma vie a pris une tournure plus dynamique. Moi qui commençais à avoir de l’emphysème, je respire maintenant comme quand j’étais jeune, je refais du sport et quoi que je fasse, j’ai arrêté de me poser la question de savoir, avant de me lancer dans quelqu’activité que ce soit, si je vais être à la hauteur ou pas. C’est comme si je m’étais offert une seconde jeunesse, je ne peux que remercier le Georges fumeur pour avoir pris la seule décision qui s’imposait.

Ce que je décris, c’est mon expérience avec l’arrêt du tabac grâce à l’hypnose. C’est la mienne !                                      L’hypnose a ceci de fabuleux qu’elle s’adapte à tout un chacun, et à ses spécificités. Mon parcours de vie, ainsi que mon parcours avec le tabac, est différent du vôtre, qui lui-même est différent de celui de votre voisin. Quand j’ai commencé à étudier l’hypnose, je me suis vite rendu compte de la chance que j’avais eu : arrêter de fumer en une séance, sans rechute, est assez exceptionnel.                                                                                                                      Rendons aussi justice à mon ami Eric, qui, comme hypno…praticien, est aussi quelqu’un d’exceptionnel: il a tout de suite compris les spécificités de mon tabagisme, et il a su les intégrer à la séance. Et c’est grâce à ce succès que mon chemin de vie a pris une toute autre direction.

Et c’est ce que nous offre cette formidable discipline qu’est l’hypnose : l’opportunité et la capacité de changer le cours de notre vie. 

Catégories : Par défaut